vendredi 24 septembre 2010

Chikhat, danseuses et musiciennes professionnelles.

Institution populaire très importante et « indispensable » au Maghreb, les Chikhat, appelées Mashta en Tunisie, sont des danseuses et musiciennes professionnelles très réputées au Maroc et dans une moindre mesure dans l’ouest algérien.  Elles sont très souvent sollicitées par toutes les couches sociales, aussi bien par un public feminin que masculin, pour animer cérémonies et diverses festivités telles que mariages, moussems, circoncision etc.

Une chikha, hier (Maroc)

Chikhat à Tiznit, années 30*
                                        

Issues du milieu populaire ou rural, parfois divorcées ou répudiées, mères ou vivant seules, ces femmes acquièrent un statut de femme libre et sont initiées par une Chikha à l’art de la danse, du chant, de la poésie et à l’utilisation de certains instruments de musique : darbouka, tarija (petite darbouka), krakeb, kamenja (violon) ou encore les sagattes (petites cymbalettes) apanage des musiciennes professionnelles. Elles forment ainsi un petit groupe, parfois un orchestre qui peut être mixte, dans ce cas là, les hommes qui les accompagnent sont souvent non-voyants.

Il n’existe pas de danse de chikha à proprement parlé, leur danse est une improvisation sur de la musique populaire à base de mouvements issus de diverses danses orientales arabes et berbères. Toutefois, en tant que danseuses professionnelles, elles se doivent de connaître certaines danses traditionnelles des différentes régions du pays.
Leurs chants évoquent souvent des thèmes tabous comme l’amour, ils peuvent être parfois érotiques voire même obscènes. En présence d’un public essentiellement masculin, certains hommes profitent de ces moments de liberté pour danser avec elles. Des chants sont également entonnés en l’honneur des invités, qui sont d’ailleurs également invités à donner un petit billet.

Aujourd’hui, ces danseuses-musiciennes ont trouvé un lieu supplémentaire à leurs activités, le tourisme, puisqu’elles se produisent également dans des hôtels où elles offrent des spectacles de danses orientales et de danses traditionnelles locales.

 Les chikhats portent en elles une tradition culturelle  très riche composée de chants, de danses et de poésies qui continue d’être transmise.

Chikha, aujourd'hui avec une tarija (Maroc)°
Le caftan est leur habit traditionnel.
Sources photos: 
*Odette du Puigaudeau, une Bretonne au désert, préface de Théodore Monod, Payot, 2001 cf. Leila Sebbar, Journal de mes Algéries,  http://clicnet.swarthmore.edu/leila_sebbar/virtuel/jaf12.html
°casafree.com